Au travail, l’exposition à des risques pour la santé est courante et ces facteurs de risques sont variés : contraintes physiques et posturales, pénibilité, bruit, température, vibrations, rayonnements, agents biologiques et nuisances chimiques, charge mentale et stress, horaires et rythme de travail, épuisement ou encore relations conflictuelles. Les maladies d’origine professionnelle qui peuvent en découler sont nombreuses: cancers, affections respiratoires, troubles musculaires et osseux, troubles psychologiques, anxieux et dépressifs, etc.

Cependant, en Suisse, nous manquons de données concernant les expositions professionnelles à ces risques et aux conditions de travail. Or, nous avons besoin de développer et d’adapter les connaissances liées au monde du travail, en constante mutation : impacts à court et long terme des conditions de travail sur diverses maladies, rôle des trajectoires professionnelles et sociales vis-à-vis des inégalités face à l’accès aux soins, facteurs de fragilité au travail, effets des environnements de travail et de leur évolution sur les individus etc. Par exemple, avec la pandémie de COVID-19, de nouvelles modalités de travail -notamment le télétravail- se sont mises en place ou se sont accentuées. En parallèle, les obligations ou les aspirations à changer de profession, à trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle sont apparues ou se sont parfois renforcées.

Ces changements et problématiques montrent l’utilité d’étudier un grand nombre de données portant sur la relation au travail, qui pourraient sembler au premier abord ne pas avoir de liens directs avec la santé.

Certaines et certains d’entre vous ne se reconnaîtront peut-être pas dans les questions posées, les thèmes abordés ou les contraintes professionnelles évoquées dans nos questionnaires. Cependant, il est important que toutes les personnes participantes en âge de travailler répondent au questionnaire proposé car nous devons également disposer de données sur les personnes qui ne sont pas concernées par les risques étudiés. En effet, dans le domaine de l’épidémiologie, pour comprendre le rôle de facteurs de risque et obtenir des résultats fiables scientifiquement, il est nécessaire de toujours comparer des personnes exposées avec des personnes qui ne le sont pas.